LE MUSÉE

AUGUSTE CHABAUD

INFORMATIONS PRATIQUES

NOS PARTENAIRES

 

EXPOSITIONS TEMPORAIRES

 

VISITES GUIDÉES & ATELIERS

 

LE PARCOURS PÉDESTRE

 

LA BOUTIQUE DU MUSÉE

 

 

 

 

 

 

 


Biographie d'Auguste Chabaud

1882 :
3 octobre, naiss
ance d’Auguste Chabaud à Nîmes. D’une famille nîmoise, appartient par son père à une famille d’industriels tanneurs, par sa mère à une famille de pasteurs protestants.

1890 :
se fixent en  Avignon, puis à Graveson où ils possèdent une propriété vinicole. Fait ses études au lycée d’Avignon.

1897 :
entre à l’école des Beaux-Arts d’Avignon où il a pour maître le peintre Pierre Grivolas.

1898 :
continue ses études artistiques à Paris à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts (atelier Cormon) ; à l’Académie Carrière, rue de Rennes, où il rencontre Matisse, avec lequel il sympathise, ainsi que Puy, Derain, Laprade ; il fréquente également l’Académie Jullian, rue du Dragon, ainsi que diverses académies libres.

1901 :
la crise viticole sévit dans le midi, ses parents ne peuvent plus subvenir à ses besoins. Il s’embarque en qualité de pilotin et navigue sur les côtes du Sénégal et du Dahomey. Son père meurt pendant son absence. Il rentre à Graveson où en attendant de partir au service militaire, il effectue toute une série de dessins sur papier de Boucherie, inspirés par la vie à la ferme.

1902 :
fait son service militaire dans l’artillerie coloniale en Tunisie, à Bizerte, puis à Tunis.

1906 :
retour du service militaire

1907 :
expose au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne où il est placé dans la fameuse « Cage aux Fauves ». Partage son temps entre Graveson et Paris où il fait des séjours prolongés.

Il y a peint des scènes inspirées de la vie parisienne : rue, quais, cabarets, cirque Médrano etc..Il habite d’abord Montparnasse, rue Campagne-Première, ensuite Montmartre, rue Tholoset et rue Müller. Très indépendant, il vit retiré et ne fréquente que le sculpteur Henri Laurens.

1908 :
première exposition particulière à Toulouse, organisée par M. Malpel.

1910 :
expose chez Sagot (rue Laffite) et chez Berthe Weill (rue Victor Massé) en compagnie de, Matisse,VanDongen,Camoin,Picasso,Raoul Dufy, Modigliani,Valad
on, Valmier, Herbin et Utrillo.

 

 

 


1912 :
exposition particulière à la Galerie Bernheim Jeune et Cie à Paris. Exposition dont il écrira lui-même la préface qui est sa profession de foi.

1913 :
participe à la première grande manifestation artistique des Etats-Unis : « L’International Exhibition of Modern Art » (Armory show) à New York, dans le groupe des Fauves avec Derain, Matisse, Vlamink ect.

1914-1918 :
mobilisé. Il revient de la guerre avec la Croix de guerre.Son frère Pierre et son cousin sont tués à Verdun en 1916.

1919 :
se fixe à Graveson dans le mas familial qu’il ne quittera plus qu’à de rares occasions.

1921 :
se marie avec une jeune fille de Graveson dont il aura 8 enfants.Vit quelques temps à Maussane au pied des Alpilles. De 1919 à 1925, il peint ce que l’on peut appeler sa période bleue ou sa période des treilles. Il emploie le bleu de Prusse pur.

1927 :
prend part à la fameuse querelle de l’abbé Brémond sur la poésie pure. Publie « Poésie pure, Peinture pure » Figuière, Paris.

1928 :
publie successivement deux romans : « Le tambour Gauthier » et « Le taureau sacré » Figuières, Paris. Perd sa mère, doit assurer la direction du mas familial. Exposition particulière à la Galerie Montaigne dirigée par Fernand Perdriel.

1929 :
travaille en solitaire, son indépendance farouche l’éloigne de toute école et le préserve de toute influence. Il se contente d’exposer de temps à autre, une ou deux toiles aux Salons des Indépendants, d’Automne ou des Tuileries.

1937-1939 :
a le chagrin de perdre un de ses fils.

1950 :
exposition jubilaire au Musée Granet d’Aix-en-Provence : « Hommage de la Provence à Auguste Chabaud »

1952 :
retour à Paris après trente-cinq ans d’absence à l’occasion d’une exposition rétrospective « 50 années de peinture » sous le patronage du Président Sarraut et du Secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, André Cornu (cercle Volney, Paris). Pendant les dernières années de sa vie, il peint des paysages familiers autour du mas, des intérieurs, des scènes familiales, dans des teintes douces et d’une manière apaisée.

1955 :
Auguste Chabaud décède dans son mas de Martin à Graveson.

 

 

 

Musée de Région Auguste Chabaud
Cours National 13690 Graveson en Provence
Tel / Fax : 04 90 90 53 02
contact@museechabaud.com